A propos de Tiphaine Choblet

Une brève description

 

 

Je me suis longtemps interrogée sur la façon de me présenter et j'avoue avoir encore des difficultés à me présenter de façon synthétique, mais je vais essayer.

  

Je n'ai jamais particulièrement aimé mettre les personnes dans les cases et je ne me suis jamais considérée "spécialiste" d'un domaine précis mais au contraire toujours eu un profond attrait pour une multitude de domaines et un goût prononcé pour la diversité.

 

Psychologue du travail / Formatrice / Photographe / Conseillère en image... je pourrai en citer plein mais ne cite que les principaux. 


Mon parcours

  • Du rêve d'enfant à la réalité

Après avoir voulu être chanteuse étant enfant, j'ai vite réalisé qu'il était compliqué de vivre pleinement de cette activité et me suis alors dit que je n'en ferai qu'un loisir.

En grandissant, j'ai commencé à me passionner pour la photographie . Mais après m'être confrontée à la réalité du terrain via des stages, j'ai là aussi réalisé qu'il était difficile de vivre également de cette activité. 

Passionnée d'Art depuis très jeune, j'ai multiplié les activités artistiques: danse, arts plastiques, dessin, peinture, créations en perles de rocaille, chant et photo, mais par intermittence, étant donné qu'il fallait faire un choix !

 

  • Le choix du Bac

Arrivée au lycée, je m'étais dit que je poursuivrai vers un Bac général, mais là encore la vie en a décidé autrement... Pas suffisamment douée dans un domaine particulier, le profil général n'était pas fait pour moi d'après mes professeurs. C'est alors que je me suis de nouveau tournée vers l'Art en souhaitant m'orienter vers un Bac STI Arts appliqués, mais si sélectif que j'étais sur liste d'attente, on m'a alors conseillé un Bac STG (Science et technologie de la gestion - Ancien Bac G et actuellement STMG), que je ne connaissais pas à l'époque. Mais très vite je me suis intéressée par cette filière que je trouvais très formatrice et proche du milieu de l'entreprise, et je me suis alors découverte un intérêt pour la communication et la gestion des ressources humaines, qui m'a permis de me décider d'aller à l'université, en poursuivant vers une licence puis un master en psychologie sociale et du travail (là non plus, pas anodin puisque ma mère est psychologue clinicienne et mon père travaille au service ressources humaines d'une grande entreprise). 

 

  • L'arrivée à l'Université

Alors que j'étais la seule de ma classe à poursuivre à l'Université (la majorité s'orientant vers un BTS), je m'étais dit "Enfin la liberté !". Pour moi, je n'étais plus dans le système scolaire, contrainte par autant de règles et de contrôle au sein d'une classe. Fondue dans la masse en amphithéâtre les trois premières années, j'ai toujours su vers quel master je m'orienterai: la psychologie du travail. Un domaine en plein essor compte tenu des difficultés du monde du travail. Toutefois, bien que je souhaitais me spécialiser en accompagnement des salariés en souffrance, j'ai eu plus de facilités à décrocher mes stages en ressources humaines (recrutement, formation...). J'ai préféré m'orienter vers des cabinets externes, et me suis finalement spécialisée dans l'accompagnement des transitions professionnelles et le conseil en carrière et formation.

 

  • Le cap du chômage 

Alors que l'on nous avait promis du travail rapidement après la fin de nos études étant donné les multiples problématiques rencontrées en entreprise, nous sommes nombreux à ne pas avoir échappé à Pôle Emploi. Pour ma part, 4 mois de chômage... alors que j'avais commencé à chercher avant même d'être diplômée. Mais, contrainte par ma situation personnelle, ma mobilité géographique et par le fait que je sois toute jeune diplômée (donc considérée sans expérience pour la plupart des employeurs, malgré mes 11 stages et 6 emplois, certes saisonniers mais emplois quand même !). On me disait "Votre profil est très intéressant mais nous avons choisi quelqu'un avec plus d'expériences...". Ça avait le don de me faire rager, tellement frustrée de passer à côté d'une offre à peu de choses près...

Et là, une idée m'est venue ! Si je ne peux pas acquérir d'expérience en travaillant comme salariée, je vais tenter en tant que bénévole! Oui mais c'était sans compter que les associations d'insertion par le travail n'étaient pas si présentes dans mon secteur géographique, mais plutôt dans les grandes villes où l'on me proposait 1/2 journée par mois. Cela ne suffisait pas à remplir ma soif d'apprendre et mon besoin de me sentir utile. 

 

  • Créer et saisir l'opportunité 

Ne pouvant alors travailler ni en tant que salariée, ni en tant que bénévole, je me suis alors dit, pourquoi ne pas me former dans ce cas ! Cela faisait un moment que l'idée du conseil en image me trottait dans la tête; je me suis alors renseignée sur les organismes qui me permettraient d'obtenir un certificat, une reconnaissance. Et là Oh surprise! Une formation de l'autre côté de la rue, alors que je ne l'avais jamais remarquée ! (Il ne suffit pas de traverser la rue pour trouver du travail mais parfois une formation ).

Coût total: cher et pas d'autre financement possible que l'autofinancement. Mais peu importe, j'étais bien décidée à la faire puisque j'y voyais un total lien avec mon projet professionnel, à la fois en tant que psychologue du travail et photographe (activité que je m'étais créée 1 an et demi auparavant, sous le nom d'Objectiph' photo)

Cette formation m'a non seulement permise de me valoriser et de reprendre du poil de la bête suite à des moments de déprimes dus à une inactivité, mais me permet aujourd'hui de valoriser les personnes que j'accompagne.

 

  • Premiers pas dans l'insertion 

Après de nombreuses candidatures, à travers la France entière, pour des postes de conseiller(e) en insertion et évolution professionnelle, consultant en bilan de compétences, conseiller emploi et mobilité, etc. (et je ne sais quel autre terme qui désigne la même chose...), enfin une personne m'a donnée cette chance (dont je ne citerai pas le nom) et a cru en moi. J'intégrai ainsi mon premier poste de conseillère en insertion professionnelle sur une prestation Pôle Emploi nommée "Activ' Projet", à temps partiel certes, tantôt à Nantes, tantôt à la Roche sur Yon, mais une belle opportunité ! 

 

  • Quand ensuite tout va très vite 

A peine 1 mois d'expérience et voilà qu'une autre structure m'appelle suite à ma candidature envoyée 2 mois plus tôt pour me proposer un poste à temps plein dans mon secteur ! Et c'est parti pour une nouvelle aventure en tant que formatrice cette fois pour la prestation "Valoriser son image professionnelle" auprès de groupes de 5 à 10 personnes. Puis très vite, l'on m'a confiée de nouvelles missions, où j'étais chargée d'accompagner des demandes d'emploi en prestation "Activ' Créa" pour la création d'entreprise, et la prestation spécifique d'orientation professionnelle (sorte de bilan de compétences pour les personnes en situation de handicap) et l'animation d'ateliers Pôle Emploi sur diverses thématiques (outiller ma candidature, candidater sans offre, identifier mes atouts, etc.).

Mais bien que cela était fort intéressant, j'ai très vite compris que je me retrouvais à mettre les gens dans des cases et je trouvais le cadre des prestations Pôle Emploi très contraignant, très restreint. C'est alors, qu'à l'occasion du renouvellement de mon contrat, je me laisser  le temps de rebondir pour chercher autre chose, de différent et plus près de chez moi. Et croyez-moi ou pas j'ai trouvé alors que j'étais dans le secteur le plus pauvre en emploi de tout le département ! Cette fois-ci auprès d'un public bien plus éloigné de l'emploi, avec des freins socio-professionnels et de mobilité; ce qui m'a demandé de nouvelles capacités d'adaptation et suffisamment d'imagination pour créer de nouveaux outils à leur portée. Un poste à temps partiel, afin de me consacrer à mes multiples nouveaux projets...

 

  • Mes nouveaux projets

Et bien vous en avez un exemple sous les yeux puisque la création de ce site découle de ces multiples expériences et réflexions qui n'ont fait qu'accroître mon souhait de me mettre en libéral pour aider, accompagner des personnes comme vous, en plein questionnement sur leur parcours professionnel, le sens de leur travail actuel et celui que vous aimeriez donner à l'avenir...

(En ce qui concerne mes autres projets, cela reste secret pour le moment... ;) )

Mes compétences

Mes savoirs

  • Connaissances en accompagnement thérapeutique
  • Méthodologie d'élaboration de projet
  • Connaissances des publics en situation de handicap
  • Connaissances techniques en photographie (matériel, réglages, traitement des images)

Mes savoir-faire

  • Mener des entretiens individuels
  • Construire des modules de formation et adapter les outils en fonction du public
  • Animer un groupe
  • Accompagner à la définition d'un projet professionnel et à la recherche d'emploi 
  • Former aux méthodes de communication et conseil en image
  • Analyser et restituer des tests (personnalité, intérêts professionnels, motivations, valeurs, etc.)
  • Accompagner les personnes en situation de handicap

Mes savoir-être

  • A l'écoute
  • Capacité d'adaptation
  • Sens de la communication
  • Sens de l'organisation
  • Rigoureuse
  • Autonome
  • Capacité de travail en équipe
  • Force de proposition

Pour en savoir plus, je vous invite à consulter mon curriculum vitae :

Télécharger
CV Tiphaine CHOBLET
CV Tiphaine CHOBLET.pdf
Document Adobe Acrobat 232.1 KB

Qu'est-ce qu'un psychologue ?

Le titre de psychologue est protégé par la loi (n°85-772 du 25 juillet 1985). Il est délivré aux personnes ayant effectué une formation universitaire d'un minimum de 5 ans en psychologie et validé un Master 2 ou DESS en psychologie. Il s'agit d'une profession indépendante et réglementée. Cela signifie qu'il existe une double obligation qui est l'accès au diplôme et son enregistrement auprès de l'ARS au répertoire ADELI. Pour ma part, je suis enregistrée sous le numéro 499310985 .

Le psychologue est tenu de se référer au code de déontologie de sa profession qui offre des garanties éthiques et déontologiques: secret professionnel, indépendance, responsabilité, impartialité, respect, compétence. 

Le psychologue interprète, émet des hypothèses mais ne trace pas une réalité toute faite. Il/Elle ne décide pas à votre place, mais apporte une aide, un soutien et un appui dans votre cheminement.